Vous êtes ici : Accueil > Lycée Général > Les Langues au Lycée > L’Allemand au Lycée > Voyage à Stuttgart
Publié : 25 avril 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Voyage à Stuttgart

Voyage à Stuttgart

Le but de ce voyage organisé depuis 3 ans est d’ouvrir des perspectives aux élèves germanistes des classes préparatoires scientifiques du lycée Aristide Briand, de provoquer leur réflexion, d’affiner leur compréhension des métiers de l’ingénieur, de leur faire découvrir une autre réalité culturelle, de leur faire prendre conscience des opportunités.
Nous avons eu cette année le plaisir d’emmener avec nous à la découverte de Stuttgart et de ses entreprises notre Proviseur, Monsieur Hervé Lebarque .

Le programme :

  • Dimanche 16 mars :
    - Voyage Evreux-Stuttgart (Paris-Stuttgart : 3h30 en TGV)
    - Brève balade dans la Königsstrasse au cœur de Stuttgart
    - Rencontre à Böblingen avec M. Lallemend, ingénieur chez Daimler
  • Lundi 17 mars :
    - Visite de l’entreprise Daimler à Sindelfingen (production de voitures Mercedes)
    - Visite de l’entreprise Festo à Esslingen (production de distributeurs pneumatiques)

  • Mardi 18 mars :
    - Rencontre avec Mme Dos Santos Costa, ingénieure directrice du bureau des études de construction mécanique à l’Université de Stuttgart, et de Mme Schuster, ingénieure coordinatrice des échanges et cursus internationaux à l’université de Stuttgart.
    - rencontre avec la Rennteam, équipe d’étudiants travaillant à la construction d’une voiture de course pour la Formula Student (compétitions inter-universités).
    - Voyage retour Stuttgart-Evreux

Les visites et rencontres
- Le dimanche soir, nous avons été accueillis à Böblingen par M. Lallemend, ingénieur chez Daimler (Mercedes). Il a suscité un vif intérêt parmi les étudiants par ses anecdotes et analyses, sa passion des voitures, la convivialité de son accueil, la finesse de ses observations, notamment sur les différences très sensibles entre les cultures française et allemande : le goût des Français pour les formations généralistes et celui des Allemands pour la spécialisation, la hiérarchie plus plate en Allemagne, la tenue de réunions qui ne servent pas l’expression des désaccords mais la validation des consensus trouvés, la rationalité des échanges dans l’entreprise, la simplicité des rapports entre collègues, l’attention portée à l’organisation, une ambiance détendue, une très bonne qualité de vie. Et, comme une évidence, l’attractivité de l’Allemagne pour les ingénieurs et l’importance de la maîtrise de l’allemand !

- Le lundi matin, la visite de Daimler, captivante, de la presse aux dernières finitions. Nous avons observé étape par étape le travail fascinant des robots de transport, d’application de colle, de soudure, de vissage…, le degré de précision requis, la mise à disposition des pièces, l’optimisation des gestes. Le site est une ville dans la ville, Daimler y emploie 40 000 personnes (270 000 dans le monde entier !). Les trains y viennent prendre directement livraison des pièces ou des véhicules pour les acheminer vers le port de Bremerhaven. Nous avons déjeuné au Kundencenter (centre réservé à la clientèle) à une table joliment servie de Maultaschen, les raviolis souabes, et d’Apfelsaft, le jus de pommes.

- Le lundi après-midi, la visite de Festo, producteur de distributeurs pneumatiques et de solutions d’automatismes industriels, était moins spectaculaire que la production des voitures Mercedes, tout autant informative cependant. Nous en avons retenu les expérimentations bioniques (= imitées de la nature), ainsi ce tripode inspiré d’une trompe d’éléphant, présenté par Festo à la Foire de Hanovre en 2010, assistant de manipulation permettant une préhension flexible, précise, légère. Ou l’analyse sur écran 3D de la circulation des flux d’air dans un distributeur. Ou encore les machines de prototypage 3D permettant de visualiser pour les clients les designs ou fonctionnalités demandées.

- Le mardi matin, Mmes Dos Santos Costa nous a présenté les formations d’ingénieur à l’Université de Stuttgart : 70% des formations de cette université concernent les métiers d’ingénieur avec une prédilection des étudiants pour les études de robotique (robots destinés par exemple à la production de médicaments ou la sécurisation de l’atterrissage des avions). Les entreprises partenaires de l’université de Stuttgart, parmi lesquelles Stihl (CA 2,5 milliards €, 12 000 employés), Trumpf (CA 2,3 milliards €, 10 000 employés), Würth (CA 9 milliards €, 65 000 employés) sont bien représentatives de ce Mittelstand allemand, ces grosses PME familiales, innovantes, exportatrices.

-  Mme Schuster a ensuite présenté les partenariats de l’Université de Stuttgart avec les grands instituts de recherche allemands (Max Planck, Frauenhofer), les universités ou écoles internationales (44 partenariats avec la France). Elle a souligné le pourcentage d’étudiants chinois (10%) et le développement des cursus complets en ligne (coût pour l’étudiant : 13 000€). Elle nous a fait rencontrer l’un des étudiants de la Rennteam qui nous a expliqué tout ce que ce projet implique depuis la recherche de sponsors jusqu’à l’élaboration d’une carrosserie légère et à l’efficacité du moteur. Rigoureusement sélectionnés, tant sur leur capacité à travailler en équipe que sur leur autonomie ou leurs connaissances techniques, ces étudiants bénéficient d’une année sabbatique pour mener à bien leur projet. Ces qualités et cette expérience en font ensuite des recrues de choix pour les entreprises.

Quelques extraits des comptes rendus de voyage des étudiants :
« Ce voyage en Allemagne m’a paru comme un privilège en classe préparatoire, puisque le temps nous est compté jusqu’aux concours. »

« Le plus instructif dans cette expérience était de découvrir le ressenti d’un ingénieur français vivant en Allemagne. »

« M. Lallemend m’a fait découvrir que, finalement, il n’est pas impossible de franchir la frontière, malgré la barrière de la langue »

« Monsieur Lallemend m’a donné envie de travailler dans ce pays »

« L’exemple de M. Lallemend m’a montré qu’il n’était pas trop difficile de s’intégrer dans ce pays. Il faut néanmoins parler un bon allemand mais cela est faisable avec du temps et de la volonté. »

« La visite de Daimler m’a fasciné car je n’avais jamais mis les pieds dans une usine de production. »

« Ce ballet indescriptible des robots [chez Daimler] était magnifique ! »

« Les visites de Daimler et Festo m’ont permis de découvrir le système allemand et même de voir de plus près ce qu’est le métier d’ingénieur dont je ne savais pas grand-chose. »

« [Chez Festo] l’écran 3D pour visualiser les pièces était fabuleux. »

« Les étudiants allemands ont une formation théorique basée seulement sur les matières dont ils auront besoin dans leur métier futur, et pratique, ce qui leur permet de découvrir le monde du travail, d’avoir des responsabilités et d’accroître leur maturité au sein de la société. »

« J’ai été ravi d’apprendre que les écoles du groupe d’écoles [que je vise] avaient toutes un partenariat avec l’université de Stuttgart. »

« C’est rassurant de voir qu’il n’est pas nécessaire de partir dans un pays lointain comme les Etats-Unis pour faire ses études dans une université étrangère, comme cela est obligatoire en dernière année d’école d’ingénieur. »

« Cette région que je ne connaissais pas et qui est pourtant si proche de la France m’a beaucoup plu. »

« Lors de ce voyage, j’ai pu remarquer la proximité géographique de l’Allemagne »

« Le voyage donne envie de revenir, et pourquoi pas de s’installer en Allemagne. »

Portfolio automatique :

Thème graphique adapté de Corporate Office sous licence Creative Commons Attribution 2.5 License