Vous êtes ici : Accueil > Vie Culturelle > L’université Populaire d’Evreux prend ses quartiers au lycée Aristide (...)
Publié : 5 septembre
Format PDF Enregistrer au format PDF

L’université Populaire d’Evreux prend ses quartiers au lycée Aristide Briand

L’université populaire d’Évreux a été créée en vue de promouvoir la transmission et le partage de la culture héritée des Lumières et du mouvement ouvrier et démocratique.
Les conférenciers et les membres de l’université populaire sont entièrement bénévoles. L’entrée aux conférences est libre et gratuite.

L’université Populaire d’Évreux prend ses quartiers au lycée Aristide Briand



L’université populaire d’Évreux, association loi 1901, a été créée en vue de promouvoir la transmission et le partage de la culture héritée des Lumières et du mouvement ouvrier et démocratique. Contre une conception de la culture réduite à une pure distraction et à une valeur marchande par les industries médiatiques, elle entend défendre le savoir et le libre usage de la raison critique.
Les conférenciers et les membres de l’université populaire sont entièrement bénévoles. L’entrée aux conférences est libre et gratuite.

UPE 2018-2019 Premier cycle

Demandez le programme :

  • Vendredi 12 octobre - 18h30 / 20h30 - Salle de conférence
  • Aristide Briand, le "pèlerin de la paix"
  • Conférence proposée par Jean-Michel Guieu, professeur d’histoire

Nommé onze fois président du Conseil et vingt-cinq fois ministre, Aristide Briand fait partie des personnalités qui ont le plus marqué la vie politique française du début XXe siècle. Se faisant au lendemain de la Grande Guerre l’interprète de la profonde aspiration à la paix d’une France épuisée et traumatisée, il entama alors un véritable combat pour la paix, qui lui valut une immense popularité dans le monde entier (couronnée par le prix Nobel de la paix en 1926) et il y gagna son surnom de « pèlerin de la paix ».

Sa politique de rapprochement franco-allemand et de réconciliation européenne qui a été souvent prise pour de l’idéalisme ou de dangereuses rêveries reposait au contraire sur une appréciation fort réaliste des rapports internationaux au lendemain de la guerre. « Sécurité d’abord fut sa maxime. Il ne s’en est pas écarté », dira André Tardieu à l’occasion de ses funérailles.

Jean-Michel Guieu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent principalement sur l’histoire de la paix dans la première moitié du XXe siècle. Il a récemment publié Gagner la paix 1914-1929 (Points "Histoire", 2018).